Visite d’une délégation canadienne à Paul Blet

Dans le cadre des accords de coopération entre le Canada et la France, ont été signées des conventions avec divers partenaires canadiens (suite à la visite présidentielle et de notre ministre fin octobre 2014).
Depuis, l’Ecole Supérieure EN reçoit très régulièrement des fonctionnaires canadiens.
La semaine du 13 au 17 avril, deux experts venus de l’Ontario ( francophones) et ayant des responsabilités particulières sur la scolarisation des élèves à besoins particuliers : Mme Monique DUBREUIL directrice des services de l’enfance en difficulté et M. Eric FOISY surintendant ( équivalent de directeur académique) se sont arrêtés dans notre jolie ville Poitevine pour découvrir diverses situations scolaires.

Dans le cadre de leurs visites, ils ont été accueillis par les équipes de l’école Paul Blet mardi 14 avril de 14h à 17h pour une visite des écoles maternelle et élémentaire , des rencontres avec les enfants et les professionnels.
Ils ont ainsi pu découvrir les cours de lsf aux élèves sourds, des moments d’inclusion avec co-enseignants et interprètes en maternelle et en élémentaire, clôturant par une lecture d’album signée en petite section où « le monstre du placard « raconté par Bastien Dubois et Nellie Noullaud, nous a ramené un petit temps en enfance !! .
Les enfants sourds de CP-CE1 ont également baptisés nos amis canadiens en langue des signes à leur plus grande joie ! ( Mr pour sa cravate et Mme pour sa coiffure )

Un temps d’échange avec les professionnels de l’école a ensuite été organisée.
Au-delà des différences importantes de fonctionnement administratif entre nos deux pays qui ont été présentées, ils ont pu découvrir le partenariat atypique rencontré à l’école Paul Blet avec l’association 2lpeco, à l’origine d’un tel projet et encore aujourd’hui mettant à disposition des moyens humains et financiers importants pour la scolarisation et l’éducation bilingue des enfants sourds .
La possibilité pour les enfants sourds d’accéder à un enseignement bilingue langue des signes et français écrit en inclusion ordinaire les a beaucoup intéressés pour émettre des propositions en Ontario, qui rencontre des difficultés face à une ‘intégration individuelle importante et une éducation oraliste très majoritaire , ne permettant pas selon leurs propres constats un développement aussi harmonieux et épanouissant que la langue des signes !

Peut-être des pistes de correspondance et d’échanges entre nos deux pays à venir ….

CCjmAJzW0AAomE7 Crédit photo : Matthieu Grenier

Article rédigé par : Christell Lamothe

Infos localesPermalink

Laisser un commentaire